Citations de | Quotes by Marguerite Yourcenar

Sur l’animal | about animals

“Je trouve atroce d’avoir à penser chaque année, vers la fin de l’hiver, au moment où les mères phoques mettent bas sur la banquise, que ce grand travail naturel s’accomplit au profit d’immédiats massacres, tout comme je ne nourris pas les tourterelles dans mon bois sans penser que soixante millions d’entre elles tomberont cet automne sous les coups des chasseurs. Il faut « limiter la prolifération des espèces », comme disent les gens qui ne songent jamais à limiter la leur.”

I find it atrocious to think that every year, at winter’s end, at the time where seal mothers give birth on the ice, this great natural effort is accomplished for the profit of immediate massacres; similarly I cannot feed the birds in my woods without the thought that 60 millions of them will fall this autumn under the gunshots of hunters. “We must limit the proliferation of species” some would say, without ever thinking of limiting that of their own.

«L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme, tant qu’il continuera à apprendre sur l’animal son métier de bourreau.»

Man is unlikely to cease to torture his kind, as long as he continues to perfect his craft of animal executioner.

«La protection de l’animal, c’est au fond le même combat que la protection de l’humain.»

Animal protection is essentially the same struggle as human protection

«Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l’ignorance, l’indifférence, la cruauté, qui d’ailleurs ne s’exercent si souvent contre l’homme parce qu’elles se sont fait la main sur les bêtes. Rappelons-nous, s’il faut toujours tout ramener à nous-mêmes, qu’il y aurait moins d’enfants martyrs s’il y avait moins d’animaux torturés, moins de wagons plombés amenant à la mort les victimes de quelconques dictatures, si nous n’avions pris l’habitude des fourgons où les bêtes agonisent sans nourriture et sans eau en attendant l’abattoir.»

Let us be subversive: let us revolt against ignorance, indifference, cruelty – which in fact often against humans after it has been towards animals. Let us remember, if we need to bring everything to ourselves, that there would be fewer martyrs among children if there were fewer tortured animals […]

«Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis.»

Animals are my friends and I don’t eat my friends

«Le riche aliment (le lait) sort d’une bête nourricière, symbole animal de la terre féconde, qui donne aux hommes non seulement son lait, mais plus tard, quand ses pis seront définitivement épuisés, sa maigre chair et finalement son cuir, ses tendons et ses os dont on fera de la colle et du noir animal. Elle mourra d’une mort presque toujours atroce, arrachée aux prés habituels, après le long voyage dans le wagon à bestiaux qui la cahotera vers l’abattoir, souvent meurtrie, privée d’eau, effrayée en tout cas par ces secousses et ces bruits nouveaux pour elle. Ou bien elle sera poussée en plein soleil, le long d’une route, par des hommes qui la piquent de leurs longs aiguillons, la malmènent si elle est rétive ; elle arrivera pantelante au lieu de l’exécution, la corde au cou, parfois l’œil crevé, remise entre les mains de tueurs que brutalise leur misérable métier et qui commenceront peut-être à la dépecer pas toute à fait morte.»

Some translation is yet to be completed or done, I’m republishing this anyway.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s